Industrie céréalière

Industrie céréalière

Industrie céréalière

L’Industrie céréalière

L’Algérie est l’un des plus grands pays consommateurs de céréales au monde.

On évalue la consommation humaine moyenne à plus de 200 kg de céréales par an et par habitant (9 Mt par an, toutes céréales confondues). Cette demande n’est couverte en moyenne qu’à 30% par la production locale, elle-même très dépendante de la pluviométrie. La production algérienne de céréales est d’environ 5 Mt/an (2,5 Mt de BD, 1 Mt de BT et 1,5 Mt d’orge).

Les importations algériennes de céréales sont comprises, selon les années, entre 8 et 11 Mt (dont 3 Mt de maïs destiné à l’alimentation animale). Entre 4 et 5 Mt proviennent de France et sont essentiellement constituées de blé tendre (BT) destiné à produire de la farine pour la fabrication de baguettes. Compte tenu de la faible production algérienne de BT (1 Mt), la grosse partie du pain est fabriquée avec des BT importés. En revanche, la production algérienne de blé dur (BD) est plus importante (2,5 Mt) et permet de couvrir 60-70% des besoins de l’industrie. L’activité de la filière est principalement orientée vers la production de farine et de semoule.

Certains moulins ont développé des productions d’aliment du bétail, notamment pour pouvoir utiliser les issues de meunerie. D’autres ont développé des produits transformés : pâtes, couscous, biscuits,… et éventuellement des produits d’accompagnement (sauces pour les pâtes). Parmi les dernières évolutions, on peut citer l’entrée en production fin 2014 d’une boulangerie industrielle (joint-venture entre l’entreprise publique Eriad et le groupe Benamor). L’usine aura une capacité de production de 500 000 baguettes/jour et une ligne pour réaliser pains spéciaux et viennoiseries. Plusieurs autres projets de boulangerie industrielle sont actuellement en cours.

Le secteur de la meunerie en Algérie est très important étant donné la forte consommation algérienne de céréales (pain, semoule, couscous, pâtes,…) mais il y a trop de moulins et l’Algérie est en surcapacité (taux d’utilisation de l’ordre de 60%). L’objectif n’est donc pas d’augmenter la production mais de rationaliser, de moderniser, de travailler mieux et à des coûts inférieurs, de diversifier les productions.

LA BISCUITERIE-CONFISERIE :

Le secteur de la biscuiterie est caractérisé par un grand nombre de petites entreprises mais quelques producteurs plus importants se détachent : BIMO, ISO_9 INTERNATIONAL. Après avoir progressé lors de la précédente décennie, la filière biscuits stagne en Algérie devant l’explosion des importations. Face à la concurrence, la production locale a dû se replier essentiellement sur des produits bon marché. Le même phénomène s’observe sur les chocolats : les produits haut de gamme sont importés et les produits algériens se situent en bas de gamme. Le problème est que les Tunisiens, Espagnols, Turcs, Italiens sont présents avec des produits haut de gamme mais aussi avec des produits bon marché. Parallèlement, l’Algérie exporte très peu et seulement vers certains pays africains. Depuis peu, les productions de biscuits salés, snacks, extrudés (SNAX) se développent. Dans tous ces secteurs, l’Algérie demande des équipements, des intrants et du savoir-faire. La France est présente sur ce marché mais subit notamment la concurrence italienne et turque.

 

DESCRIPTION DU PROJET :

Le projet consiste à créer une unité de boulangers traditionnels : Buns ou de pain carré, quelques pains précuits et fonds de pizza,…etc.

Actuellement, le secteur de la boulangerie est très traditionnel avec 21 000 boulangers et 100.000 revendeurs de pain. Ce secteur est totalement dépendant du marché administré de la baguette dont le prix de détail est théoriquement de 7,5 DA (0,007 EUR), mais qui est partout à 10 DA. En revanche, le prix est libre pour les autres formes de pain, d’où le développement des pains spéciaux. Cette diversification permet aux boulangers d’accroître leur marge, très faible sur la baguette à 10 DA. Globalement, les boulangers investissent peu car leurs marges sont faibles.

Les boulangers traditionnels ont une capacité de production moyenne de 3 600 baguettes par jour, soit 70 millions de baguettes par jour (pour un besoin estimé à 50 millions par jour). Le secteur de la boulangerie industrielle est peu développé (il n’y actuellement que quelques petits producteurs de «buns » ou de pain carré, quelques pains précuits et fonds de pizza,…). La 1ère grande boulangerie industrielle sera celle de Benamor qui démarrera prochainement avec une production de 150 tonnes de pain par jour.

Dans son sillage, plusieurs boulangeries industrielles devraient voir le jour.

L’industrie céréalière L’industrie céréalière

L’industrie céréalière Industrie céréalière

Industrie céréalière Industrie céréalière

L'Industrie céréalière

Vous avez des questions concernant L’Industrie céréalière ? n’hésitez pas à prendre contact avec nous en cas de besoin sur L’Industrie céréalière:
Adresse : 594, Terre familiale, Bordj el bahri, Alger, Algérie.
Tél/Fax: 023 95 72 52
Mobile: 0560 69 45 03

EURL GINIDEX ALGÉRIE. LE SPÉCIALISTE DES MACHINES INDUSTRIELLES. GINIDEX fut créée en 2011, et au travers de son équipe et de ses différents collaborateurs, l’entreprise possède une forte expertise à différents niveaux. Notre cœur de métier est de vendre des équipements industriels, de vous octroyer le meilleur prix et un service irréprochable. Revenir à l’accueil du site

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.